Le livre Business made in China

.

.

L'Agence Marketing Chine

Nous sommes L'agence de Web & Marketing #1 en Chine. Nos Services: E-Commerce, Search Engine Optimization, Publicité, Weibo, WeChat, WeChat Store & PR.

Aujourd’hui je vais vous présenter un livre Business made in China et son auteur Olivier MARC. Ce livre parle de la Chine et donne des conseils sur le Business en Chine. L’auteur a accepté de répondre à une interview, et nous en dévoile un peu plus sur son oeuvre.

,

.Couverture

.

.

Présentation

.

Olivier MARCA 43 ans, Olivier MARC dirige, depuis presque sept ans, une société de conseil spécialisée en stratégie et négociations sino-européennes (www.eurochina-capital.com). Il a mis en place cette société après avoir vécu six ans en Chine et mené une carrière internationale dans des grands groupes financiers et industriels allemands (MAN AG), français (Alstom; BNP Paribas) et américains (PriceWaterhouseCoopers; JP Morgan).

.

Ses activités l’ont amené à être nommé, entre autres, administrateur du Comité France Chine du Medef, Conseiller du Commerce Extérieur de la France, Administrateur du Partenariat d’Affaires France Hong Kong, ou encore animateur du groupe de travail Fusions-Acquistions de la CCI française de Pékin.

.

.

Présentation du livre

.

CouvertureCet ouvrage fait sien le pragmatisme de Deng Xiaoping, illustré en 1962 par une phrase restée célèbre : « peu importe qu’un chat soit blanc ou noir, s’il attrape la souris, c’est un bon chat ».

.

C’est avec ce même pragmatisme, cette fois-ci à l’adresse des entreprises occidentales souhaitant capter le potentiel du marché chinois, qu’Olivier Marc décrypte les difficiles réalités chinoises, qu’elles soient stratégiques, politiques, juridiques ou financières.

– Quel est le rôle réel du Parti Communiste Chinois dans les affaires ?

– Quelles sont les six erreurs classiques d’analyse stratégique, commises par les groupes occidentaux en Chine ?

– Comment y voir clair dans l’opacité des comptes et des actionnaires du partenaire chinois ?

– Comment garantir le retour sur l’investissement chinois, compte tenu des contraintes financières du pays ?

,

Voici, parmi d’autres, les questions auxquelles s’attaque frontalement ce guide. L’auteur décrit sans concession les multiples obstacles dressés face à un investisseur occidental et donne quelques clés importantes de réussite, tant dans les montages juridico-financiers que dans la communication avec des interlocuteurs chinois.

?

.

.

A qui s’adresse ce livre?

,

Quelles sont les Différences avec les autres livres sur le business en Chine?

,

Ce guide au contenu à forte valeur ajoutée, rédigé par un praticien des opérations stratégiques en Chine, sera utile à tout dirigeant désireux d’aborder rigoureusement la « question stratégique chinoise » sous des angles cohérents et complémentaires : stratégiques, financiers, juridiques et culturels.

.

Il est a l’opposé des généralités sur le « guanxi », les visions manichéennes des joint-ventures, ou de l’ogre chinois qui va nous « dévorer »! (définition du Guanxi)

A contrario, cet ouvrage est rigoureux, précis et décrit les principales réponses aux difficultés importantes qu’un investisseur occidental rencontre en Chine. Le livre est organisé en six parties, suivant la logique d’une opération de croissance externe :

Connaître : constantes et nouveautés

Analyser : l’étude stratégique

Anticiper : la préparation d’une opération de croissance externe

Négocier : les problématiques techniques

Contrôler : résoudre les problèmes par anticipation

Travailler : après l’acquisition ou la prise de participation.

.

,

Quelle est selon vous l’entreprise française qui a su le mieux s’adapter en Chine?

,

On peut citer pléthore de succès français en Chine:

  1. Schneider Electric a su y développer une part significative de sa production;
  2. Carrefour, en se sinisant, est devenue la référence de la grande distribution dans ce pays;
  3. Suez Environnement s’est imposée dans de multiples municipalités en comprenant de manière subtile la décentralisation de certaines prérogatives et en s’appuyant sur son partenaire hongkongais, etc.

,

Les réussites de PME françaises sont malheureusement plus limitées. En outre, ces PME habituellement citées en exemples, n’obtiennent souvent que des taux de croissances et des résultats « normaux » pour un développement international, largement inférieurs au potentiel réel du marché chinois envisagé au départ.

,

Pour compléter ma réponse et paraphraser Confucius, l’expérience (des autres) est une lanterne que l’on porte dans le dos. En d’autres termes, les succès de telle ou telle société sont difficilement reproductibles à l’identique, compte tenu du manque d’homogénéité du marché chinois. Ce qui est valable en 2007 à Shanghai ne l’est plus en 2010 à Shenyang.

,

Ainsi, il est tout aussi intéressant de s’intéresser aux typologies d’échecs sur ce marché, permettant ainsi de collecter les erreurs à ne pas réitérer. J’y consacre tout un chapitre de mon livre.

.

.

Quelle ville/région de Chine préférez vous?

,

En fait, j’aime la Chine pour sa variété: les ruelles de Pékin, le gigantisme architectural de Shanghai, les paysages du Guizhou, le concentré du monde de Hong Kong, les traditions culturelles des Miao, la cuisine cantonaise. La Chine est un pays continent où l’on change de « monde » en deux heures d’avion.

,

A titre personnel, j’affectionne particulièrement l’ambiance internationale de Hong Kong et les régates du RHKYC, même si, je vous l’accorde, Hong Kong n’est pas « réellement » en Chine.

.

.

Quelles sont les 3 choses que vous conseilleriez vous à un jeune français qui commence sa carrière en Chine pour réussir dans les affaires en Chine?

.

business chine1- Oublier qu’il est français pour s’immerger dans la culture locale et comprendre quelques clés de la culture chinoise.

2- Se souvenir qu’il est français – et le faire valoir – car c’est un atout important, tant en termes d’échange culturel que de valeur ajoutée professionnelle.

3- « Plonger » sans retenue dans le grand bain international en Chine, car la dynamique du pays, l’absence d’a priori et la réactivité de l’environnement sont porteurs de multiples opportunités professionnelles.

.

.

Vous qui lisez (de temps en temps) le Blog Marketing Chine, pouvez vous me dire ce que vous en pensez?

.

Votre blog « Marketing Chine » est à l’image de Shanghai et du pays: bouillonnant d’idées, foisonnant de nouveautés et résolument optimiste. Bravo, sans retenue!

.

.

Merci pour cette interview très intéressante. Dès que j’aurais un peu de temps, je ferais un compte rendu de ce livre.

On peut acheter ce livre ici par exemple.

?

Bonne semaine à tous!

.

.

Olivier VEROT

Marketing Chine

A lire également

5 Commentaires

  1. Bonjour Olivier Marc,

    Votre livre a l’air très intéréssant. J’aurais une question si vous le permettez; au cours de votre carrière quelle entreprise avez vous conseillez et qui par la suite a connu un succès en Chine? Succès commercial bien sur, car un succès lorsqu’il s’agit uniquement de délocaliser une production n’a rien d’exceptionnel.

    Merci d’avance.

  2. Bonjour,

    Votre livre m’intéresse. Savez vous si il est possible de se le procurer en Chine à Pékin par exemple.

    Concernant vos conseils, je trouve que cela contraste un peu. Soit on se plonge dans un environnement chinois pour mieux comprendre la culture, soit dans un environnement internationale, voir franco français, mais pas les deux.

    Je pense que les personnes qui réussiront dans le long terme en Chine seront les personnes qui se plongeront dans la culture et qui seront parfaitement autonome parlant parfaitement le chinois. Les autres « les internationaux » ne seront que de passage.

    Bien à Vous,
    Marlène P.

  3. Réponse à Marlène:

    Merci de votre commentaire. Vous pouvez vous le faire envoyer en Chine, notamment en allant sur le bon de commande du site des éditions Choiseul: « http://choiseul-editions.com/abonnement-inscription.php?add=1 ».

    Concernant la langue chinoise, c’est, pour moi, un élément culturel fort, mais il est loin d’être le seul pour légitimer son action dans le monde des affaires et du conseil en stratégie en particulier. Pour s’en convaincre, il suffit de constater les nombreux contre-exemples: bien des personnes sachant parler chinois sont inaptes à conseiller des entreprises en finance ou en stratégie. En France, bien des personnes parlant français sont incapables d’agir en finance, en droit ou en stratégie. La langue est très loin d’être suffisante. Le décodage psycho-sociologique et les connaissances économiques sont, selon moi, tout aussi primordiales. Néanmoins, il est clair que parler chinois en Chine reste important!

    Bien à vous,

    Olivier Marc

  4. Réponse à Jerome:

    Merci de votre commentaire. En effet, délocaliser est à la fois simple (contrat de WFOE et location de batiments industriels) et dommageable à l’économie française. Ce qui est complexe est de vendre ses produits aux chinois, de faire renoncer son client à aller en Chine, de redéployer une stratégie mondiale, incluant la Chine à sa juste place, etc. Les références citées sur notre site web sont, à ce titre, des succès, tels que vous les appelez.

    Bien à vous,

    Olivier MARC

  5. Olivier Marc,

    Votre entreprise est plutôt orientée finance non?

    Dans votre livre citez vous des exemples d’entreprises ayant suivies vos conseils et ayant réussi sur le marché chinois?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *