La crise de l’Expat

.

L'Agence Marketing Chine

Nous sommes L'agence de Web & Marketing #1 en Chine. Nos Services: E-Commerce, Search Engine Optimization, Publicité, Weibo, WeChat, WeChat Store & PR.

.

Un petit sujet de société aujourd’hui: la crise de l’expat…en Chine

Comme d’habitude je vais me centrer sur la Chine. La crise de l’expat qu’est ce que c’est?

Je définirais ce terme comme un sentiment de malêtre temporaire, un raz le bol de la société chinoise..un envie de tout lâcher.

crise de l'expat

.

Tous les expatriés connaissent ce sentiment à un moment ou un autre…

.

villes en chineLa Chine est un beau pays, agréable à y vivre. La vie est excitante, un monde un découverte où tu sais que dans ta journée tu vas apprendre quelque chose. La vie nocturne est bouillante, on est super libre contrairement à ce que l’on peut penser.

Les lieux de divertissement en Chine sont nombreux (sauf à Harbin apparemment) le taxi vous permet de grandes libertés de déplacement.  Généralement, on a un certain pouvoir d’achat ce qui permet de faire ce qu’on veut quand on veut… certain appelle cela le mode « no limit ».Un sentiment de bonheur…

On peut voyager un peu partout, changer d’air sans trop de frais .

.

On travaille intensément, on a plus de responsabilités un certain statut d’expat non négligeable, une crédibilité.. On rencontre tout type de profil, du PDG à l’étudiant… Les possibilités de business sont grandes.

.

La vie en société est super, les chinois sont chaleureux curieux et les chinoises sont très gentilles avec les laowais.

Le mot « viedemerde.com » n’a en général pas raison d’exister en Chine. Et pourtant, pour certaines occasions le fait d’être loin de son pays, d’avoir des problèmes d’adaptation, de communication, un raz le bol de la mentalité chinoise, de cette volonté de profiter de vous, de la mianzi… tout cela vous fait pêter les plombs.

.

deprimeGénéralement, cela arrive après les périodes de Noel. On a passé un Noel pas terrible, un réveillon moyen… et on a envie de rentrer au pays, du coup tout nous énerve, on devient moins tolérant et on part dans une spirale négative.

.

Cela peut paraitre bénin au début comme Arnauld le superprofenChine. Avant il mettait plein de commentaire un peu partout, on sentait une joie de vivre et depuis… plus rien.

Un autre exemple, celui là, qui restera limite historique… Alexis, le gars qui a pété les plombs et qui a fait marrer toute la blogosphère avec ses traductions. D’ailleurs il l’a avoué dans son interview. (Je dis historique car il y a maintenant un censeur francophone à la CCTV francophone, :mrgreen: voir CCTV).

.

Des exemples sur des blogs il y en a plein… et puis ceux, qui rentrent pour les fêtes, repartent plus que jamais boosté… Le retour au pays leur a fait du bien et leur a donné envie de repartir en Chine.

.

Une bloggeuse m’ a avoué que son blog lui servait de thérapie. C’est pas bête, on explique rationnellement les problèmes les différences culturelles, puis ça va mieux.

.

Je pense sincèrement que pour le bien d’un expatrié un retour annuel est essentiel pour son équilibre. C’est une des raisons pour laquelle que je recherche un VIE et non un contrat local.

.

Et vous, quels sont vos remèdes contre cette crise passagère?

Personnellement, c’est travailler, puis sortir, m’amuser, me lâcher. Un petit massage de temps en Chine fait énormément de bien… Et puis essayer d’avoir un entourage d’expat, un soutien nécessaire pour la vie en Chine. L’immersion complète, c’est bien mais ça peut tourner mal. Attention!

.

.

Olivier VEROT

Marketing Chine

A lire également

39 Commentaires

  1. Ah oui trop vrai. Quand la chine nous saoule on peut avoir des coups de déprime.

    PS :le fait de rester avec des expats qui se plaignent tout le temps comme les français, c’est un bon moyen de ne pas se rendre compte de la Chance que l’on a et de deprimer.

  2. J’ai eu ma premiere « depression » 1 an et demi apres etre arrive en Chine. Je ne cherchais pas a rencontrer d’autres francais (je ne les evitais pas non plus) j’avais donc eu un gros moment de solitude, et un petit aller-retour en france m’avait fait enormement de bien.
    Depuis, ca ne s’est jamais reproduit, je ne rencontre quasiment jamais de francais ou autre expat (sauf pour le travail), je retourne en france 1 fois tous les 2 ou 3 ans, et ca ne me manque pas.
    Je pense qu’on y passe tous a un moment. Les effets de surprise et de nouveauté s’estompent, la france nous manque, on devient un peu nostalgique, et rien de tel qu’un petit retour au source. Pour certain, c’est 1 fois par an, pour d’autres comme moi, ce n’est plus indispensable.

  3. tiens c’est marrant comme article, et bien trouvé car je ne m’étais pas rendu compte de cette situation, étant moi même d’un immense optimisme naturel.
    Je pense aussi que la déprime vient aussi du boulot que l’on a (s’il on s’éclate ou pas dedans) mais aussi de l’éducation (issu d’une famille de 5 enfants, ayant grandi en Afrique, et dont tous les frères et soeurs ont toujours vécu à l’étranger)
    de plus aujourd’hui avec skype et internet, c’est faceile de rester en contact.

  4. Skype définitivement ca aide ! Ça devrait être rembourse tiens ca lol.

    Le blues, je pense que tout le monde l’a eu au moins une fois. Perso je l’ai eu plusieurs fois en voyant mon bouquin de chinois. Le ras le bol c’est plutôt quand le boulot te met un peu trop sous pression et que tu n’as pas la possibilité de décompresser.

    Remede perso : Musique

  5. @Matt

    +1 Entièrement d’accord rien de pire que les C…. de français qui se plaignent tout le temps, je les fuyais comme la peste eux!

    @Mike
    On a affaire à un viel expat alors..;)

    @charles
    oui le boulot ça aide à se sentir bien. Si toi tu es dans le secteur du vin, comme on dit c’est bon pour le moral
    Il y a aussi la ville, une grande capital c’est pas une ville sans animation sans expat, sans vie…
    +1 pour skype c’est une bonne thérapie

    @Junjie
    je suis optimiste en général, et comme toi, le bouquin de chinois cela me faisait bader…Le hanyu quand tu t’y mets à fond, c’est pas marrant. Mais après quand tu parles c’est un bonheur…
    😛

  6. Coucou Olivier, je suis ton blog depuis pas mal de temps et pour cet article je me décide enfin à donner mon commentaire tellement il sonne tellement bien pour moi ! Moi aussi 4 mois après mon installation, gros coup de déprime, home sick, shanghai me paraissait futile et irrespectueuse de l’individu (après tout c’est culturel…) etc. Je me suis réfugiée à l’Alliance française en quête de culture française et finalement rencontrer une shanghaienne qui est devenue une très bonne amie qui m’a permis ainsi d’apprécier Shanghai !
    Le problème pour certaines personnes je pense c’est la difficulté de s’intégrer, ne serait-ce qu’en se trouvant des amis chinois (ex: Tongji et les cours bien séparés entre les étrangers et les chinois…)

    Merci pour tes analyses intéressantes sublimées par les photos et les anecdotes, je recommande souvent ton site pour avoir une approche de Shanghai et de la chine en général 😉
    a++
    miroou

  7. Les anglophones ont inventé un mot pour ce phénomène: « sinocidal » (sinocidaire): http://www.urbandictionary.com/define.php?term=sinocidal

    A particular mental state specific to non-native inhabitants of Mainland China. Similar to suicidal in its level of dementia, but without the requisite self-inflicted death.

    Sufferers find comfort through sharing their feelings with others.

    Ex.:
    I don’t want to leave him alone here, he seems sinocidal.

  8. Intéressant comme article. En fait, c’est un phénomène bien connu des RH (enfin, les rares qui s’y connaissent en international) : c’est la courbe en U-shape. Elle détermine quatre phases majoritaires dans l’expatriation :
    1. Tout est beau, tout est neuf.
    2. Hyper négativisme. Pourquoi tout est différent ? Pourquoi je ne comprends rien ?
    3. Remontée de la pente. I.e je commence à comprendre ce qui m’entoure (si c’est possible).
    4. Intégration (ou yoyo du moral, ou non intégration). C’est la phase finale qu’on atteint lorsque ça fait plusieurs mois qu’on est là.

    Je trouve effectivement que le blog est une bonne façon de décompresser en tentant de comprendre ce qu’on vit. Il faut bien sûr faire attention à ne pas tomber dans les extrêmes.

    Pour lutter contre les coups de mou, je suis adepte de la bonne nourriture dans un restau occidental. Sinon, j’évite également les expats aigris car ils sont pénibles…

    http://flo-en-chine.blogspot.com/2009/09/les-differentes-etapes-de-l.html

  9. Flo, ton article est très intéressant.

    Je crois que l’inconfort dépend aussi de la différence du pays étranger. S’expatrier en Chine est probablement plus difficile que de s’expatrier en Russie ou en Amérique Latine.

    Et cette courbe explique bien aussi pourquoi les touristes n’ont souvent que des choses positives à raconter à propos de leur pays visité (s’ils ne sont restés que pendant un temps limité).

  10. Je suis un peu en train de la vivre cette crise, première année sans rentrer au bled… et en travaillant en plus.
    Mon remède le sport, un peu de badminton et de natation, pour changer d’air.

    Florence
    Ce que tu dis a l’air d’être très intéressant, dommage que je puisse pas accéder à ton site ! Alexandre, j’avais jamais entendu dire sinocidal

  11. Oui, d’après la littérature que j’en ai trouvé sur internet (cf les liens google books), la première phase dure environ deux mois – bien sûr cela varie suivant la différence de culture entre les deux pays et la faculté d’adaptation des gens mais apparemment cette courbe en U-shape serait assez générale.

  12. Cela dépend je pense. Mais c’est vrai que pour beaucoup d’expat les 2 premiers mois sont difficiles, surtout si ils n’ont pas de soutien.

  13. que de lecteurs réactifs ces temps ci. Cela fait toujours plaisir.

    @Miroo
    Content que tu apprécies mon blog, n’hésite pas à interagir… la moitié des informations intéressantes provient des commentateurs.
    Ex Alex, Florence…

    @Alex
    merci pour ces précisions, pareil que Alain jamais entendu parler de ce mot…mais c’est enregistrer. j’aime beaucoup parler avec les canadiens, du fait qu’il sont billingues, ils nous enseigne (à nous français) plein de termes vraiment utiles.

    @florence
    Merci pour ce rajout d’informations, j’ai accès au blog de Florence (j’ai cette chance :P) et je peux vous dire qu’il est très bien…c’est pas pour rien qu’elle a été nominé par Aufeminin.com dans le meilleurs blogs voyages.

  14. Oui se couper de ces racines ne doit pas être facile mais il faut se rappeler que l’ont est partie pour de bonne raison et aussi justement pour changer d’air de de mode de vie.

  15. C’est vrai que sans nous envoyer des fleurs, tu as de la chance d’avoir d’aussi intelligents commentateurs.

    Le blog de Flo est bien, mais va savoir pourquoi cela ne donne pas envie de laisser un commentaire. Peut être parce que tout est dit et qu’il n’y a pas de débat.
    Peu de commentateurs sur son blog car du fait de la censure, les frenchi de Chine ont du mal a accéder a son blog.

    Elle a été sélectionné dans aufeminin.com ah bon? Et toi Olivier tu n’as pas été sélectionné dans au masculin.com? 😛
    haha

  16. « Sinocidal », ca n’a pas plutot ete invente par ceux qui avaient crees un blog du meme nom ? Blog anglophone tenu par 5 laowais, assez populaire il y a quelques annees, auj disparu. Et pas trop aime des chinois d’ailleurs.

  17. Mike: Je crois que tu as raison. Je n’ai jamais pu accéder au site sinocidal.com, mais le terme « sinocidal » est utilisé par un blogueur qui vit à Shanghai depuis 16 ans (sans interrupution). Dans son blog, il raconte tout ce qu’il déteste de ce pays… le tout avec une touche de cynisme. C’est drôle et relaxant à lire dans les moments où l’on se sent « sinocidaire », quand on atteint un creux dans la courbe en U de Florence.

    http://mylaowai.com/

  18. Ah ben c’est marrant, l’article tombe a point nomme, je suis en plein dedans (d’ou mon absence de commentaires ces derniers temps). Bah moi je vis ca, mais au sein meme du territoire chinois. En effet, je suis a Macao apres 2ans a Nanjing (speciale dedicace a Flo), et je dois avouer que le bordel ambiant, les bouibouis pourris me manquent enormement… En plus, j’ai passe Noel en France, je suis revenu avec un cafard… Mais selon la courbe du U-si elle s’applique dans mon cas, le moral devrait remonter bientot!
    Un grand bravo aux commentateurs qui sont super pertinents!

  19. Comme tout le monde, j’ai aussi connu le mal du pays et un profond ras-le-bol de la Chine. Je n’avais jamais pris de recul par rapport à ça mais mon remède a été de manger occidentale (le rayon expat de Carrefour s’en souvient). Retrouver des saveurs connus a été une manière de faire un break fâce à des découvertes continuelles(du moins pendant le repas). En bref retrouver des choses simples et surtout familières pour relancer le moral.

    Un grand merci pour ton site, bonne chance dans tes recherches de VIE.

  20. Bonjour,
    La Chine est mon troisième expat (après Corée et Japon). Je confirme que l’histoire des 4 phases, c’est quand-même très variable en fonction des pays et des situations personnelles.
    Et puis entre une 1ère et une 3ème expatriation, ça change énormément aussi…

  21. Hey ca fait peur c’est le poste le plus commente je crois du Blog et c’est un article sur la déprime des expats !!!! (Signe d’un problème mondial?)

    Oh les gens, moi je vous aime 😀

  22. C’est bien vrai comme article. Moi aussi, j’ai connu une période de gros pétage de plomb (trop de boulot, incomprehension de la culture, marre de tout etc…).

    Et en effet j’ai moi même écris un article un peu aigri ou j’avais carrément lister toute les choses qui m’agaçaient.

    http://madeinlaowai.over-blog.com/article-ras-le-bol-38756522.html

    Et finalement on se rend compte qu’écrire fais du bien et ça fait prendre du recul (merci woods pour tes conseils).On est pas malheureux en habitant en Chine en tant que laowai.

    Bon j’ai tout de même fais un retour par la case Paris afin de me resourcer.

    Mais c’est marrant (ou dommage) de voir que c’est theme qui touche pas mal d’entre nous.

  23. Je ne suis pas restée assez longtemps pour connaître la crise.
    J’étais encore en pleine « lune de miel chinoise » quand je suis partie.

    et *Bonne année* je n’ai toujours pas eu l’occasion de te le dire. Mieux vaut tard que jamais 😉

  24. Ping : Un chti en Chine » Blog Archive » Bonne annee!
  25. Bonjour,

    On souhaiterait faire paraitre votre article sur le site expatlive.com, êtes-vous d’accord ?

  26. Je me reconnais tres bien dans ton article.
    Apres un an passe ici, le moment etait venu pour faire un petit retour en France pour les fetes (petit ras le bol de tout ici). Ca fait du bien de retrouver un peu ses racines et sa culture.
    Mais au final, j’etais quand meme contente de revenir a Shanghai car, en dehors du travail (les methodes sont tellement differentes qu’il est difficile de s’adapter), on a la belle vie ici!

  27. Bonjour et bravo pour cet article.

    Je ne suis pas rentre en France depuis plus d’un an et je commence a vivre cette crise de l’expat. Tout me manque et un rien m agace.

    Je dois avoir le syndrome de cette crise.

    Bravo pour votre blog.

  28. J’y étais en 2008 pendant plus de 6 mois et franchement j’avoue que pendant les fêtes j’en avais ras le bol, et pour moi qui ai beau avoir la mentalité française, la nationalité française, j’avais l’accent complètement chinois et le visage forcement de mes origines. J’ai jamais réussi à m’adapter et je n’avais pas vraiment les avantages de « laowai ». Le coup de blues vient Peut être du fait que je n’étais plus la chinoise du groupe d’amis, en Chine je suis devenue une fille parmi d’autre. Et j’avoue que moi mon blog c’est un peu mon psy, ma thérapie. Rien de meilleur qu’un bon coup de gueule, certes il ne fera peut être pas de vague mais ça fait du bien.

  29. rien ne vaut un resto francais lorsque ca va mal, un bon fromage, un verre de rouge ^^ j’ai la chance d’avoir un billet d’avion par ans mais généralement le fait de changer d’environnement en Chine pour les vacances me fait tout oublier.Et puis je trouve qu ‘avec une copine chinoise, les choses ont tendance à mieux passer car on se sent mieux intégrer.
    aussi autre solution , se faire envoyer un colis^^

  30. C’est exactement ça!
    Merci et BRAVO pour l’article!

    Ce sentiment apparaît également aux grandes periodes des départs: « Juin-Juillet » et « Décembre-Janvier » lors des fin de mandats ou fin des periode d’échanges scolaires. Une impression d’être le dernier…
    Cela viens également suite a des retour trop long au pays, au retour en Chine on a l’impression qu’elle a déja évoluer sans nous et que long et seul au monde !

    Petits conseils:
    -Variez vos rencontres et élagissez constament votre réseau proche.
    -Forcer vous à aller à des networking ou endroits ou vous n’iriez pas, vous y rencontrer parfois des amis pour la vie.
    -Ne créez pas une routine et ne dite pas non aux invitations même les plus bizarres:-)

  31. quel est l’interet de venir en chine si vous cherchez tous a communiquer avec une communaute d’expatrier?

    Rester chez vous il est preferable

  32. @baibai
    Une personne a besoin de retrouver une partie de ces repères dans un nouveau pays.

  33. Apres c est pour tout le monde pareil et surtout quand tu vis en asie. Bonne chance JBDH , je suis sur que tes efforts vont être récompenser plus tard. C est ce que je dis tous les jours a mes petits thais, car comme les chinois ils veulent tous etre riches

  34. Je suis d’accord avec Maitre shifu j’en ai fait une aussi mais ce genre de propos m’a rappelé les mauvais cotés de ma promo, les gens voulant s’expatrier pour l argent, sans s’interesser au reste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *