Le vin australien ne se porte pas au mieux à cause des restrictions de Pékin suite au conflit politique qui oppose le gouvernement australien et la Chine.

PS: c’est une belle opportunité pour les vins français.

L'Agence Marketing Chine

Nous sommes L'agence de Web & Marketing #1 en Chine. Nos Services: E-Commerce, Search Engine Optimization, Publicité, Weibo, WeChat, WeChat Store & PR.

Au milieu de l’année 2020, plus de 96 % des vins de Jaressa Estate étaient vendus aux consommateurs chinois, soit jusqu’à sept millions de bouteilles par an. Mais en novembre, Beijing a annoncé des droits de douane écrasants sur les vins australiens dans le cadre d’une « enquête antidumping » visant à déterminer si ses vins étaient vendus à trop bas prix en Chine. Le gouvernement a déclaré que l’enquête avait été déclenchée par des plaintes de producteurs de vin chinois.

Le futur du vin australiens en Chine:

  1. Des bouteilles de vins australiens bloquées par les droits de douane chinoise
  2. La Chine était de loin le plus grand marché du vin australien
  3. Les viticulteurs durement touchés par les tensions commerciales entre la Chine et l’Australie

I. Des bouteilles de vins australiens bloquées par les droits de douane chinoise

Actuellement, des centaines de milliers de bouteilles de vin de Jarressa Estate sont empilées sur des palettes dans un entrepôt à Adélaïde, la capitale de l’Australie du Sud, en attendant la levée des droits de douane. Des centaines de producteurs de vin australiens qui ont investi massivement dans le boom du vin en Chine sont maintenant confrontés à un avenir incertain.

La valeur des exportations de vin vers la Chine est tombée à presque zéro en décembre, selon les statistiques du groupe industriel Wine Australia. La valeur totale du vin exporté vers la Chine pour l’ensemble de l’année 2020 a chuté de 14 % pour atteindre environ 1 milliard de dollars australiens (790 millions de dollars).

La Chine maintient que des mesures sont nécessaires pour empêcher les importations de vin bon marché de déprécier le marché local. Mais l’industrie vinicole australienne estime que cela est davantage lié à l’aggravation des tensions entre les deux pays.

II. La Chine était de loin le plus grand marché du vin australien

L’Australie est le cinquième exportateur mondial de vin et abrite certaines des régions viticoles les plus célèbres du monde, comme la Barossa Valley en Australie du Sud et la Hunter Valley en Nouvelle-Galles du Sud.

Selon Wine Australia, l’industrie du vin contribue à hauteur de 35 milliards de dollars (45 milliards de dollars australiens) à l’économie du pays chaque année.

Avant novembre, la Chine était de loin le plus grand marché du vin australien. En 2019, plus d’un tiers du vin que l’Australie exportait était destiné à la Chine. Le pays a acheté pour 840 millions de dollars (1,1 milliard de dollars australiens) de vignobles australiens, selon Wine Australia. Cette année-là, l’Australie a vendu plus de vin en valeur à la Chine qu’aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada réunis.

Alister Purbrick, un viticulteur victorien de la quatrième génération et directeur général du groupe Tahbilk, a déclaré que l’Australie avait développé son commerce de vin en Chine pendant des années, mais qu’il n’avait vraiment décollé qu’après la signature d’un accord de libre-échange entre les deux pays en 2015, qui a supprimé les droits de douane de 14 % sur le vin australien.

La suppression des droits de douane a eu pour effet de surtaxer une industrie en pleine croissance. Entre 2008 et 2018, les exportations de vin australien vers la Chine sont passées de 73 millions de dollars à plus d’un milliard de dollars.

La demande de vin de la Chine ne se limite pas à l’Australie. La France est toujours le premier exportateur de vins vers la Chine. L’Australie vient en deuxième position, et il existe également une forte demande pour les étiquettes chiliennes.

III. Les viticulteurs durement touchés par les tensions commerciales entre la Chine et l’Australie

De nombreux viticulteurs australiens sont convaincus que ces droits de douane constituent une représaille politique de la Chine en réponse aux appels de l’Australie à une enquête sur la pandémie de Covid-19.

Beijing n’a pas non plus hésité à relier les tensions commerciales aux différends politiques entre les deux pays. Interrogée sur les tensions commerciales en novembre, la porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Hua Chunying, a attribué la « cause profonde » des problèmes à l’Australie, affirmant que le pays avait « violé les normes fondamentales régissant les relations internationales ».

 » ont dit et fait les mauvaises choses sur des questions liées à Hong Kong et au Xinjiang concernant les intérêts fondamentaux de la Chine. La Chine a clairement fait connaître sa position à de multiples reprises », a-t-elle déclaré, faisant référence à la réprimande du gouvernement australien à l’égard de la Chine pour de prétendues violations des droits de l’homme.

la porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Hua Chunying

Les viticulteurs qui ont parlé à CNN Business ont pour la plupart dit qu’ils n’accusaient pas le gouvernement australien de cette situation difficile. Ils ont dit qu’ils croyaient que Canberra avait fait de son mieux pour négocier avec la Chine – bien que Purbrick du groupe Tahbilk ait dit que Canberra aurait peut-être pu gérer ses appels à une enquête Covid-19 de manière un peu plus diplomatique.

« L’Australie n’est qu’une petite nation. Nous aurions dû absolument la soutenir, mais nous n’avions pas besoin de mener l’enquête », a déclaré Purdick.

Les viticulteurs qui ont parlé à CNN Business

En conclusion

Purbrick, du groupe Tahbilk, a déclaré qu’il était peu probable qu’à l’avenir les viticulteurs australiens se permettent de devenir aussi fortement dépendants de la Chine ou d’un marché unique.

« Il y a quelques très bonnes leçons à tirer de ce scénario actuel », a-t-il déclaré. « Jusqu’où pouvons-nous aller avec un client ou un marché où, s’il tombe demain, il ne nous tuera pas ? »

Purbrick, du groupe Tahbilk

Le marché du vin en Australie souffre. Même les viticulteurs qui n’ont pas d’empreinte sur le marché chinois sont maintenant confrontés à une baisse probable des prix du vin sur le marché intérieur, car les viticulteurs inondent le marché australien de produits qu’ils ne peuvent pas vendre à l’étranger.

Même si les viticulteurs cherchent de nouveaux marchés et que le marché chinois s’arrêtent pour de bon, la crainte reste palpable car il semble compliquer de retrouver un marché aussi important en termes de pouvoir d’achat.

Besoins d’en apprendre plus sur le marché Chinois du vin

GMA en quelques mots : 

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *