<p style= »font-size: 1.5rem; margin: 0 0 10px 0; font-weight:bold; »>Marketing c’est aussi une <span style= »color:#B23C2E; »>Agence</span></p><!– –><p>Nous sommes l’agence Web & Marketing pour la Chine la plus visible que vous trouverez. Nos Services: E-Commerce, Référencement / SEO, Publicité, Weibo, WeChat, WeChat Store & RP..</p><!– –><a href= »/nous-contacter/ » class= »cta-article »>Contactez Nous</a>

Le problème des marques de vin français en chine

,

L'Agence Marketing Chine

Nous sommes L'agence de Web & Marketing #1 en Chine. Nos Services: E-Commerce, Search Engine Optimization, Publicité, Weibo, WeChat, WeChat Store & PR.

.marque vin
.

Le marché du vin en Chine est principalement dominé par les 3 grandes marques chinoises de vin, Greatwall, Changyu et Dynasty. Même si le vin français jouit d’une excellente image et d’une bonne notoriété en Chine, le consommateur chinois est un peu désorienté.
.
Cet article vous ait présenté par Yangyi, vendeur de vin à Suzhou et grand amateur de vin français. Il nous fait partager son expérience terrain dans cet article.
.
.

Beaucoup de clients locaux me demandent souvent :

« quelles sont les plus grandes marques de vins français que vous avez ? »

.
Je suis toujours embarrassé de répondre à ce genre de questions

,
chinois consommateurJe leur réponds qu’en France il y a énormément de grands châteaux et par conséquent, il existe une grande quantité de marques de vins mais aucune domine.
.
Le consommateur chinois ne connait pas bien les vins et ne sait pas reconnaitre un bon vin d’un mauvais avec l’étiquette. Ils aiment discuter avant d’acheter des vins importés de France. Ils ont besoin de se sentir rassuré.

,
,
Il n’existe pas de grandes marques de vins rouge en Chine, c’est dommage car les clients chinois attachent de l’importance à la marque.

,

La marque est un gage de réputation et de qualité. Il y a un gros problème de confiance sur le marché chinois pour le vin importé , le consommateur chinois se méfie des arnaques, du faux vin, du vin de table vendu au prix fort.

.

Par exemple, on trouve sur Taobao (ebay chinois) des marques de vin qui battent toute concurrence, attention ce sont des faux. Ce vin aux allures de bouteille française est du vin chinois mis en bouteille en Chine, et est incomparable avec la saveur du vin français.

,
Le consommateur chinois recherche dans une étiquette des points de repère, c’est noté en français donc il ne comprend pas.

,
,
chateau-lafite-Lafite est le vin que je distribue le plus connu par les consommateurs, ils le reconnaissent. Le prix est cependant  élevé pour la plupart de mes clients de 300rmb jusqu’à 600rmb  par bouteille, ils consideront une bouteille Lafite comme un cadeau .

,

Le prix est élevé certes, mais certain pensent qu’un vrai Lafite vaut au minimum 1000 rmb par bouteille . Si je le vends moins cher , beaucoup pensent que c’est une fausse bouteille. Les chinois aussi souffrent des contrefaçons et sont très méfient. Ils ne font confiance parfois qu’au prix.

,

,

Pourquoi les marques françaises sont si peu connues?

,

vin chinoisLa plupart des vignobles français sont de petits domaine et n’ont donc pas la possibilité de faire des actions marketing et plus de  supports publicitaires.
Le marché du vin est un marché de grande consommation et la publicité à la télévision serait utile pour informer le public sur les marques existantes.
,
Les grands distributeurs chinois et importateurs de vins pensent que la marque est une procédure longue et l’investissement demande beaucoup trop d’argent et temps.

Ils n’ont pas envie de promouvoir la marque du fabricant qui pourrait les laisser tomber si la marque devenait célèbre.
;
;


Tous ces facteurs limitent le développement des vins français pour la construction d’une marque réputée pour le marché chinois .
,
J’ai pu remarquer que certains vignobles s’associaient pour promouvoir leur terroir mais  afin ils ne peuvent pas construire une marque similaire à cause des intérêts de chacun, comme par exemple les vins du Languedoc.
Mais le consommateur ne s’y retrouve pas, chaque vin ayant un gout une qualité et un prix différent. Les chinois vont gouter un vin du Languedoc pensant que c’est une marque, être déçu par le vin d’entrée de gamme et donc associer vins du Languedoc à mauvaise qualité.
;
,
vin chineConclusion :

,
Le vin français souffre d’une trop grande diversité et l’absence de leaders qui auraient les moyens d’investir en publicité ou le support de marketing pour la construction de grande marque  pour percer le marché chinois.

,
Le consommateur chinois a besoin de point de repères, d’une marque, d’un gage de qualité.
Les grands acheteurs du marché, importateurs et distributeurs sont réticents à l’idée de faire de la publicité pour le vin français, pour ne pas avantager leurs concurrents. Et n’oubliez pas ,la marque n’appartient pas à l’importateur ou au distributeur .

,

Ces hommes d’affaires ne veulent pas investir beaucoup d’énergie (et d’argent) pour développer une marque célèbre pour un  producteur .

,

Un autre axe est l’éducation des chinois aux vins francais, ils apprécient le bon thé alors pourquoi pas le vin?

.

.

Yangyi, distributeur de vin à Suzhou

suzhouwine@gmail.com, Promo wines

.

.

Yangyi a aussi rédigé cet article consommateur chinois de vin rouge

.

.

Olivier

Marketing Chine

A lire également

12 Commentaires

  1. Ce qu’il faudrait peut etre faire c’est developper des labels pour aider le consommateurs. Par exemple creer trois label « tres bon rapport qualite prix » pour categorie « entree de gamme », « bon vin » et « excellent vin ».
    Je ne m’y connais pas trop en vin et je n’ai jamais ete decu en France des vin ayant l’etiquette « recommendation Auchan » ou « recommentation carrefour », etc…
    Il faudrait une association de gouteur de vin qui decernerait les differents labels…

  2. Des vins très chers et très connus ne sont pas tous appréciés, même par les connaisseurs. Le problème n’est pas dans le marketing ou autre, c’est que chaque palais est unique.

    C’est cette réalité qui doit ramener une certaine dose de modestie dans le conseil en vins. Labelliser a outrance et de manière criarde, serait, a mon sens, contre-productif car il faudrait que le caviste doive ensuite crédibiliser le label.. le serpent se mord la queue.

  3. Le bon vin ne se fait tout simplement pas en achetant n’importe quel raisin et en appliquant un procédé de production comme d’autres produits. C’est un produit de terroir et le gout de chaque vin dépend beaucoup du vignoble.

    C’est déroutant pour les chinois mais ca l’est aussi pour les francais qui sont simple consomateurs. Un autre problème est que les vin francais mettent l’accent sur le chateau et la région mais moins sur le cépage comme c’est le cas pour les vins américains, sud américains ou australiens ce qui donne un repère de plus.

    Je comprends qu’un chinois soit perdu au rayon vin chez Carrefour, mais chez un spécialiste le vendeur doit connaitre les vins et savoir les conseiller. Il suffit ensuite de gouter et de trouver ses préférences…

    — Woods

  4. Moi aussi je comprends qu’un chinois soit perdu.
    Moi même je suis perdu, je reconnais des vins que j’ai gouté.

    Comme le dis Nico, les conseils du ditributeurs doivent jouer leur rôle.
    Mais trop souvent, si on demande à la minette du rayon vin de chez carrefour, quel vin me conseillez vous.
    Elle prend le plus cher et dit celui là.

    Essayez faites le test. 😉

  5. Je ne suis pas un buveur d’alcool, mais je me pose une question en lisant cela. La mission économique dans sa partie agroalimentaire c’est 80/90% de vins et spiritueux. Ils font quoi alors exactement???

    Je me dis qu’avec les budgets qu’ils doivent avoir, ils pourraient faire des actions d’informations pour les consommateurs. Quand tu vas dans une boutique, les vendeurs sont des marionnettes qui ne savent généralement pas répondre à une question technique. Je voulais offrir une bouteille à un ami et j’ai posé une question simple, le vendeur n’a pas pu me répondre. Pour info la question était simplement de savoir, parmi ses vins, lequel s’accordait avec un poisson.

    L’idée de « import export » est super, moi je rajouterai un guide raccourci gratuit à côté des rayons de vins.

  6. Par exemple, on trouve sur Taobao (ebay chinois) des marques de vin qui battent toute concurrence, attention ce sont des faux.

    non .pas du tout .a vrai dire que la plupart des vins chez lui sont vrais . c’est une faute de comprehension .

  7. Je crois qu’il faut faire un distingo entre l’initiation au goût du vin et la recherche des nectars qui nous conviennent.
    En France la présence du vin dans les familles est culturelle, on aime ou on n’aime pas mais on connait et peu a peu l’envie de s’y intéresser ou pas, apparaît.En général jusqu’à 20ans l’intérêt est constitué par l’état d’ébriété que procure l’absorption immodérée de boisson. Mais passé ce stade l’envie de se faire une opinion se manifeste et c’est alors qu’en goûtant plusieurs crus et en étant guidé par des connaisseurs qu’on peut se faire une opinion.Quand à la question des vrais vins et des faux je crois qu’il s’agit de fausses appellations.

  8. ce même problème fut rencontré dans des régions du monde où l’on consomme et vend un cépage et non une appellation ou un domaine…et les frenchies ne veulent pas lutter sur ce terrain. Parker est là pour la masse. Pour un marché important comme la chine, la marque est une garantie, mais il y aura avec le temps de vrais amateurs, il y a déjà de très belles caves à HK…Même en industialisant les process, le même vin a un goût différent d’une année sur l’autre, le coca non…

  9. Mort de rire le coup du je vends le Lafite à 1000 yuan car sinon on ne croit pas que c’est du vrai. Surtout que le vrai coute 10x plus en Chine.

  10. Les consommateurs et même les importateurs chinois ont besoin d’info sur les vins français, je suis totalement d’accord. Donc, venez faire un petit tour dans mon école du vin à Shanghai.

  11. Pourquoi les marques françaises sont si peu connues?

    car il y a en France plus de 30 000 petits producteurs et peu de grandes maisons finalement. Les vignerons sont des hommes de terroir qui n’ont pas de grandes sensibilité en Branding. Je travaille pour eux et j’avoue que parfois c’est difficile de les persuader d’investir un € dans leur marque. Mais je pense qu’ils ont une bonne volonté et que si on leur explique comment cela marche en Chine… ils écoutent 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *