Quand les chinois se plaignent de piratage…

.

GoogleBooks_1J’ai été un peu surpris lorsque j’ai lu cette nouvelle, les chinois maintenant se plaignent de google pour la copie de leurs livres.

A l’heure où 99.99% des DVD CD logiciels sont piratées en Chine sans réel contrôle du gouvernement, les autorités défendent leur droit contre le piratage de google.

L'Agence Marketing Chine

Nous sommes L'agence de Web & Marketing #1 en Chine. Nos Services: E-Commerce, Search Engine Optimization, Publicité, Weibo, WeChat, WeChat Store & PR.

.

Je me demande si cette société des droits d’auteurs a condamné toutes ces copies illégales qui sont dans le pays. On traverse une rue il n’y a pas moins de 10 marchands qui vous harcèlent pour acheter des faux dvd ou autres produits.Enfin là elle s’attaque à gros, au géant Google.

.

« La société des droits d’auteurs chinoise a accusé Google mercredi d’avoir piraté des milliers de livres sans accord »

.

google n bookAu moins 17.922 livres ont été scannés et incorporés au catalogue de livres en ligne de Google Book sans autorisation et versement de royalties.Au moins 570 auteurs chinois sont concernés, dont des responsables officiels et des personnalités de premier plan.


..

Déclaration du directeur-général adjoint de la société Zhang Hongbo.

.

  • « Google a violé une règle largement acceptée en matière de copyright selon laquelle il faut une autorisation et le versement de droits avant de scanner, et utiliser des œuvres protégées »

.

  • google-bookAucun des auteurs que nous avons contactés, ne nous a dit avoir été avisé par Google de l’utilisation de leurs travaux, ni payés pour cela

.

Le fin mot de l’histoire c’est que tous ces auteurs espèrent toucher des royal tease ou une somme brute pour le scan de leur ouvrage.

.

La société devrait chercher un accord à l’amiable mais n’exclut pas des poursuites judicaires.

.

Google books a réussi à convaincre les américains pour la bibliothèque numérique mais rencontrent des difficultés avec les européens et maintenant avec les Chinois. On accuse Google de vouloir piller la culture pour le profit.

.

Mais personnellement, je pense qu’en Chine ce n’est pas une question de pillage. C’est juste que les auteurs chinois essayent tout simplement d’obtenir de l’argent. Ce n’est pas une pratique courante en Chine d’attaquer autrui pour piratage, ils sont élevés dans on va dire le partage. Cette « société de partage » permet à tous les chinois de bénéficier pour 2euros de window 7 avant sa sortie. J’ai rien contre le « partage » (ou le piratage) bien au contraire mais faudrait quand même pas vouloir avoir le beurre et l’argent du beurre. 🙂

Google est une société encore jeune dans le marché chinois, elle ne dispose pas de très bonnes relations avec le gouvernement, ce qui lui vaut tout un tas de problèmes dans l’empire du milieu.voir Google chine

.

.

Olivier Verot

E-Marketing Chine

A lire également

8 Commentaires

  1. Mais ils ont raison de défendre leur droit. piller le patrimoine c’est pas très normal de la part de google.

  2. Ping : Twitted by sebastiendury
  3. Un bon article, qui résume le 180° de la Chine en matière de propriété intellectuelle, mais surtout l’usage de toutes les armes du droit commercial, que ce soit la réglementation en matière de concurrence, de dumping, et dans ce cas de droits d’auteurs. Un grand art …
    Encore bravo pour cet article et pour votre site.

  4. je ne suis pas d’accord avec toi Benjamin. Va sur le site de Google music en Chine et tu vas trouver pleins de musiques dont je doute que Google.cn est paye les droits.

    maintenant va aussi dans les rues de Pekin, Shanghai, Canton, ShenZhen, etc. Regarde les mall entier de copie…

    En Chine, et ca pas besoin d’etre rester 10 ans dans ce pays pour le savoir, on aime pas etre critique, encore moins de l’exterieur. Alors forcement on a des pertes de memoires assez instantanées et on oublie ses propres problemes et on cris au viol culturel quand les autres font de meme…

    Foutage de gueule, desole c’est tout ce qu’il y a a dire. Quand j’explique a un chinois que la copie c’est mal il me repond des trucs du genre : mais sinon on pourrait pas se payer ca, on savait pas que c’etait une grande marque et blablabla mais quandon leur dis :

    Imagine que je copie les marques chinoises et que je fasse un business de copies a 1Yuan par article partout dans le monde ??? Je vendrais ce truc a la femme de menage, au mendiant…

    Et la bizarrement, « le livre rouge de la replique imparable » n’a pas de reponses…

  5. junjie.
    Mais attend, on Europe on crie au scandale, alors je vois pas pourquoi les chinois pourraient pas être contre une géante E-bibliothèque qui pillent tout sans droit.

    Ces pauvres écrivains, ils copient pas les dvd eux.

    En Chine, je pense qu’il faut pas faire l’amalgame entre les fabricants qui copient tout et puis les créatifs, ils doit bien y en avoir et ils ont le droit de faire valeur leur droit.

    PS: merci du conseil pour éviter les répliques agaçante…
    Vendre les grandes marques chinois à un Yuan au mendiant ou au paysan, je vais tester et puis te dire, en live du boulot.

  6. Les procédures judiciaires en matière économique, c’est du pragmatisme à 100% : elles découlent en règle générale d’une estimation cynique coûts/avantages financiers, et non pour faire respecter un droit au nom d’un idéal juridique quelconque (protection de l’inventeur, encouragement à la créativité et à l’innovation etc… dans le cas par ex. des Droits de propriété intellectuelle (DPI)).

    Dans cette perspective, on préfèrera négocier plutôt que de passer devant un Juge, celui n’intervenant que si tous les recours sont épuisés (et encore ! à condition que cela puisse rapporter au final des sous). (Remarquons sur ce point que les milieux d’affaires n’aiment pas trop saisir les tribunaux trop « publics » … d’où la pratique de l’arbitrage plus discret).

    C’est ainsi que même si un DPI est violé, si on (les avo) évalue que la procédure ne rapportera pas grand chose, la victime, sinon fermera les yeux, du moins optera pour une stratégie non judiciaire. Cas de Microsoft, face au piratage en Asie du Sud-Est, qui propose Windows 7, édition Familiale Basique. Pas sûr pourtant que la stratégie de contournement des pirates va marcher quand on sait que l’édition complète contrefaite coûte moins cher 😉

    Dans l’espèce Google est une boîte riche, très riche même ; elle est identifiable et les preuves de ses infractions sont exposées sur le web ; aussi une stratégie judiciaire pourrait être envisagée…si les négociations n’aboutissent pas.

    Puis vous avez entièrement raison, Olivier, de mettre en exergue le contexte : les délicates relations entre la firme de la Silicon Valley et les autorités chinoises.

    Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *