Sur quels critères une publicité est bannie en Chine?

.

.

L'Agence Marketing Chine

Nous sommes L'agence de Web & Marketing #1 en Chine. Nos Services: E-Commerce, Search Engine Optimization, Publicité, Weibo, WeChat, WeChat Store & PR.

Je vais vous présenter 2 publicités, toute pour des marques de bières. La 1ère a été banni et la 2e non.

.

1/La publicité pour une bière San Miguel fut banni surement à cause de la morale de cette histoire.

.


.

.

2/Et la publicité coréenne pour Giordano est passée à la télévision chinoise alors qu’elle est beaucoup plus… torride.

Je vous laisse juger.

.

.
.

Alors je me pose une question: quels sont les critères pour qu’une publicité passe à la télévision. Existe-t-il un CSA (conseil supérieur de l’audiovisuel) chinois ou est ce la CCTV qui décide?

.

Si une personne connait le fonctionnement, qu’il n’hésite pas à se manifester. 🙂

.
.

Olivier VEROT

Marketing Chine

A lire également

8 Commentaires

  1. Pour tout ce qui est impression de magasines, je sais qu’il faut avant toute impression, avoir l’autorisation du gouvernement (un département qui ne s’occupe que de ca).

    C’est donc un peu comme le CSA.

    Et la CCTV n’a rien a voir la dedans.

    Par contre je n’ai plus le liens du site gouvernemental, si je le retrouve je le posterais en commentaire.

  2. Je crois que la différence entre les deux est que la première suggère des relations homosexuelles (sur un mode humoristique et léger, certes). Même si l’homosexualité n’est plus considérée officiellement comme une maladie mentale, elle n’a pas encore une grande visibilité. J’ai vu récemment « Nuits d’Ivresse Printanière » de Lou Ye, primé à Cannes pour son scénario, et qui aborde explicitement le thème de l’homosexualité. Il a été tourné sans autorisation et ne peut pas être projeté en Chine.

    Elément intéressant : Lou Ye a eu d’autant plus de difficultés qu’il avait déjà eu des condamnations pour certains de ces films. Je ne sais pas comment fonctionne la censure chinoise, mais :
    1/ la personne qui présente le projet, son arrière-plan idéologique ou ce qu’on en sait… sont pris en compte

    2/ d’une manière générale, dans les mécanismes de censure, il peut se développer des listes de thèmes et de symboles associés qui sont bannis. Le censeur va chercher certains signes et faire tomber le couperet à ce moment-là, ce qui donne parfois l’impression qu’on censure des détails et que d’autres choses passent alors que, sur le fond, elles sont tout aussi subversives. (Ex pendant la Révolution culturelle, on avait été jusqu’à attaquer un journal parce qu’en le lisant on voyait par transparence la lance d’une photo au verso transpercer la photo de Mao au recto)

  3. Relu le site de Nuits d’Ivresse Printanière : en matière de cinéma, c’est le « Bureau du cinéma » qui décide et qui censure.

  4. Et toute l’historique sur la censure du cinéma peut se trouver là : http://www.icilachine.com/cinema/dossiers-cinema/1196-dossier-le-cinema-chinois-et-l-etat.html

    Globalement 3 instances de contrôle, les deux premières pouvant être court-circuitées SI on a les moyens d’utiliser des circuits parallèles :
    – contrôle de la production et du financement via les studios (aujourd’hui certains réalisateurs filment avec les moyens du bord pour échapper à ça, comme Lou Ye avec la caméra à l’épaule)
    – contrôle de la distribution par la Société chinoise de distribution – si on essaie de trouver des financements privés, les producteurs chinois regardent si le film a des chances d’être distribué ou non en Chine ; à cause de cela certains cinéastes tournent à l’étranger ou avec des capitaux étrangers
    – et l’incontournable Bureau du cinéma, qui fait aujourd’hui partie du ministère de la radio, du cinéma et de la télévision.

    Je cite ici la chine : « Le 1er juillet 1996, le Ministère de la radio, du film et de la télévision publia une nouvelle réglementation en 64 articles qui interdit strictement tout film tourné en dehors des studios d’Etat : aucun film ne pouvait être produit, distribué, diffusé ou importé sans l’accord préalable des organismes de censure.

    Comme beaucoup de lois chinoises, c’est un chef d’œuvre de flou qui permet d’interdire quelque œuvre que ce soit : en effet, la loi énumère précisément six raisons d’interdire un film (s’il constitue un danger pour l’Etat ou le diffame, s’il révèle des secrets d’Etat, s’il encourage la pornographie, la superstition «féodale» ou la violence).

    Et, pour couronner le tout, au cas où cela ne suffirait pas, une 7ème clause stipule qu’il peut être interdit «pour tout autre contenu interdit par les réglementations de l’Etat». Des peines sévères sont prévues en cas de violation de la réglementation. « 

  5. Et bien, à ce que je vois, les publicitaires chinois ont déjà tout compris : les femmes à poil font vendre, surtout si on peut faire imaginer au « visionneur » qu’il y en a une qui est en plein orgasme !!!
    C’est quand même un peu réducteur pour nos compagnons, non ?
    Cela dit, effectivement, le choix du film censuré est un peu étonnant à nos yeux d’occidentaux…
    Vous vous demandiez pourquoi les voiles divers et variés ? Vous avez la réponse !!!

  6. Un département qui dépend du ministère de la communication.

    C’est vrai que certaines publicités sont censurées comme la 1ère alors que bon!
    je me demande pourquoi?
    je pense que c’est peut être pour une question de copie.

    Une question de culture, nous faisons des blagues sur les dégâts de l’alcool, en Chine, il vaut mieux éviter.
    C’est une bière étrangère.

  7. medeia merci pour l’explication.super complet….
    ce que j’aurai du écrire.

    Estelle je n’ai rien compris.

    Ce sont 2 pubs étrangères, une latina, san miguel et giordano, cela ne sonne pas chinois.
    Est ce du féminisme a l’état primaire?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *