Grosse boulette, bad buzz… les réseaux sociaux ont dénoncé une pancarte insultant les gens de forte taille. Une grande chaîne de supermarchés en Chine a présenté ses excuses après que des clients aient remarqué un panneau choquant sur la phobie des graisses concernant les femmes de taille L, XL et XXL.

L'Agence Marketing Chine

Nous sommes L'agence de Web & Marketing #1 en Chine. Nos Services: E-Commerce, Search Engine Optimization, Publicité, Weibo, WeChat, WeChat Store & PR.

 

Si vous souhaitez en savoir plus, lisez la suite de cet article.

  • Qu’est ce qui s’est passé ?
  • Une stratégie marketing inappropriée
  • Les standards de la féminité chinoise toujours présents

 

I. Qu’est ce qui s’est passé ?

Les groupes « Proana » sont de plus en plus nombreux.

Ils sont un mélange inquiétant d’anorexie et de boulimie, qui se retrouvent sur toutes les plateformes de médias sociaux, encourageant les femmes à s’affamer.

La grande chaîne de supermarchés chinoise RT-Mart s’est excusée auprès de ses clients après avoir présenté un tableau des tailles qui qualifiait les femmes de taille L, XL et XXL de « pourries » et « terribles ».

Une photo de l’affiche est devenue virale sur Weibo, une plateforme chinoise de médias sociaux qui a été comparée à Twitter, avec l’écriture de l’affiche :

« J’ai été choqué de voir cette charte des tailles dans un RT-Mart aujourd’hui. Suis-je complètement pourri ? »

Le tableau comparait les mesures de taille et de poids associées à chaque type de taille de vêtement, avec un mot supplémentaire prescrit pour chaque taille.

Les tailles S et M étaient considérées comme « belles » et « minces », mais les tailles L, XL et XXL étaient décrites comme « pourries », « terribles » et « extrêmement terribles ».

RT-mart est partenaire d’Auchan en Chine 

 

II. Une stratégie marketing inappropriée

En réponse, RT-Mart a depuis retiré l’enseigne des magasins et a présenté des excuses publiques aux clients.

« Nous sommes désolés pour la formulation inappropriée de notre matériel de marketing et pour l’offense qu’elle a causée », ont-ils écrit sur leur Weibo.

Cependant, selon la publication new-yorkaise SupChina, certains clients ont menacé de boycotter le magasin, déclarant que ses actions étaient « intentionnelles et malveillantes ».

« Vos excuses ne sont PAS acceptées. Rendez-vous sur ma liste noire », a écrit un utilisateur.

Le signe offensif a également suscité des critiques de la part du groupe China Women’s News, qui est dirigé par la Fédération des femmes de Chine, affiliée au Parti communiste.

Commentant leur Weibo officiel, elles ont déclaré que le tableau était « détestable » et ont demandé à RT Mart de tirer les leçons de leurs erreurs.

« Ne perdez pas le respect pour attirer l’attention. La publicité et le marketing doivent refléter les valeurs et l’image culturelle de l’entreprise. Une entreprise responsable ne devrait pas mener son marketing de cette manière. Apprenez la leçon ! », a déclaré le groupe.

 

III. Les standards de la féminité chinoise toujours présents

Ces dernières années, plusieurs « défis » ont circulé sur Weibo et Instagram qui ont mis en lumière les attitudes grossophobes de la Chine.

Alors que le mouvement positif du corps émerge, la silhouette féminine idéale, celle d’une personne de petite taille et mince, domine toujours.

En 2016, le journaliste chinois Yuan Ren, écrivant pour Stylist, l’a décrit comme un standard « culturel et historique » de la beauté féminine qui normalise la honte des graisses.

La plupart des femmes chinoises – à moins qu’elles ne soient perpétuellement minces – ont eu l’expérience d’être « honteuses de leurs rondeurs » et ont eu l’impression qu’elles devaient être plus petites », a écrit Mme Ren.

« En Chine, où les normes culturelles et historiques de la beauté féminine imposent aux femmes d’être minces (ou « maigres » selon les normes britanniques), les variations par rapport à ce critère – qu’il s’agisse d’athlétisme ou de courbes – ne sont tout simplement pas suffisantes. Il n’existe tout simplement pas de « gros os » ».

Parmi les autres tendances qui ont émergé sur la plateforme, citons le défi des clavicules – dans le cadre duquel les femmes ont partagé des photos d’elles-mêmes en train de balancer des pièces de monnaie au-dessus de leurs clavicules – et le défi #A4 où les femmes ont affiché des photos mesurant leur taille contre une feuille de papier A4.

La dissidence, cependant, s’accroît.

Un exemple en est le « #4cmWristChallenge » de cette année, dans lequel des femmes ont pris des photos de leurs poignets à côté d’une règle dans le but de mesurer moins de 4 cm.

Alors que le hashtag a reçu plus de 17 millions de vues en quelques jours, certains l’ont détourné avec des photos de leur majeur et des messages protestant contre les normes inaccessibles en matière de corps.

 

Conclusion

Parfois, les marques et enseignes sont prêtes à tout pour créer le buzz, surtout dans un marché aussi concurrentiel que la Chine.

Attention toutefois de ne pas dépasser les limites, sous peine de se voir complétement black listé de l’empire du milieu

 

Lire autres articles :

 

 

 

 

 

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *