Autrefois, L’application Meitu était la référence dans la beauté digitale en Chine. Aujourd’hui, l’application peine à faire de l’argent que s’est-il passé ?

Si vous souhaitez en savoir davantage, lisez la suite de cet article.

L'Agence Marketing Chine

Nous sommes L'agence de Web & Marketing #1 en Chine. Nos Services: E-Commerce, Search Engine Optimization, Publicité, Weibo, WeChat, WeChat Store & PR.

  • Qu’est-ce que l’application Meitu ?
  • Meitu, un Photoshop ultra simplifié chinois
  • Meitu ou la culture toxique de l’apparence modifiée en Chine
  • Une transition ratée pour Meitu en Chine
  • Les tentatives infructueuses de Meitu en Chine

I. Qu’est-ce que l’application Meitu ?

Cette application mobile a offert à une génération d’utilisateurs les outils nécessaires pour façonner leur look au pixel près, qu’il s’agisse de supprimer une fossette ou de devenir une version presque méconnaissable de leur ancien moi. À son apogée, elle était utilisée par un demi-milliard de personnes et définissait l’esthétique d’une époque. Bien qu’aimé, Meitu n’est jamais devenu une grande entreprise. Dans les années qui ont suivi sa naissance, l’entreprise a diversement tenté de devenir un fabricant de smartphones, une plateforme de vidéos courtes et un Instagram chinois. Mais elle n’a jamais été capable de convertir sa popularité en tant qu’outil de façonnage du visage en beaucoup d’autres choses.

En mars 2021, elle a fait la une des journaux lorsqu’elle a décidé d’investir 40 millions de dollars dans des crypto-monnaies, sous l’impulsion de son président crypto-enthousiaste, Cai Wensheng. Mais à part ce bref pic d’attention, Meitu a commencé à disparaître de la scène technologique chinoise.

II. Meitu, un Photoshop ultra simplifié made in China

Lorsque Meitu a lancé sa première version de logiciel pour PC en octobre 2008, ce fut une révolution.

Tout le monde connaissait Adobe Photoshop, mais il fallait des heures pour l’apprendre. Meitu, dont la mission d’entreprise est de « permettre à chacun de devenir beau facilement », a reconditionné ces puissants outils de retouche photo dans un logiciel que tout le monde pouvait comprendre et utiliser.

Meitu a distillé les fonctions les plus utiles de Photoshop, les a adapté aux besoins de l’édition de selfies et a vendu cette technologie à des personnes sans expérience de l’édition.

En deux mois seulement, le logiciel de bureau de Meitu a dépassé le million d’utilisateurs. Puis, en 2011, Meitu a lancé une version mobile. C’est à cette époque que les médias sociaux mobiles ont commencé à exploser en Chine. Les deux méga-plateformes d’aujourd’hui, Weibo et WeChat, ont été lancées respectivement en 2009 et 2011. Lorsque tout le monde a commencé à prendre et à partager des selfies sur les médias sociaux, ils ont été surpris de découvrir qu’ils pouvaient transformer leur look en quelques pressions sur l’écran de leur smartphone via Meitu.

lire aussi

III. Meitu ou la culture toxique de l’apparence modifiée en Chine

La commodité de Meitu a alimenté une culture où chacun se sent obligé de modifier son apparence avant de poster une photo. Les femmes ont été touchées de manière disproportionnée, car elles sont depuis longtemps hyper-conscientes de leur apparence physique et jugées sévèrement dès qu’elles ne répondent pas à des normes arbitraires et changeantes.

L’âge d’or de Meitu est peut-être passé, mais la culture de l’embellissement digital excessif qu’il annonçait domine toujours l’internet chinois, où les influenceurs estiment qu’il est obligatoire d’activer les filtres de beauté fournis par des entreprises comme Douyin et Kuaishou pendant les livestreams. Un problème technique est devenu viral à l’échelle nationale en 2019 lorsque le vrai visage d’une influenceuse a été accidentellement montré en direct, choquant ses fans par le contraste.

Mais il est difficile de mettre tout le blâme sur l’outil, et aucun sur les personnes qui l’utilisent. En 2016, lorsque Meitu est entré en bourse à Hong Kong, son directeur financier Gary Ngan a nié au New York Times la participation de Meitu à cette culture toxique. Au contraire, a-t-il dit, Meitu ne faisait qu’aider ses utilisateurs à devenir plus confiants et « plus beaux dans la vraie vie ».

IV. Une transition ratée pour Meitu en Chine

C’était la deuxième société Internet massive à s’introduire en bourse à Hong Kong, juste après Tencent, mais Meitu n’a jamais réussi à devenir presque aussi rentable que le géant de la technologie. Ce n’est qu’en 2020, 12 ans après sa naissance, que Meitu a réalisé un bénéfice net – un maigre 9 millions de dollars, pour une entreprise comptant un quart de milliard d’utilisateurs actifs. Et le nombre d’utilisateurs représentait une baisse de 40 % par rapport au nombre d’utilisateurs actifs mensuels déclarés en 2016.

Meitu a été confronté à un défi commun aux apps qui servent d’outils : les utilisateurs sont là pour une raison précise, et seulement pour quelques minutes. En 2016, un rapport de la société d’analyse de données Aurora Mobile, basée à Shenzhen, a estimé que Meitu, le « leader absolu » des apps de retouche photo, commandait moins de quatre minutes de temps d’écran par utilisateur sur une journée moyenne.

Meitu a tout essayé pour devenir plus qu’un outil. Contrairement à certains titans de la technologie qui ont réussi la transition, Meitu a sombré.

V. Les tentatives infructueuses de Meitu en Chine

En 2013, elle a lancé le premier smartphone Meitu, qui disposait d’une caméra particulièrement puissante à l’avant pour que les utilisateurs puissent prendre de meilleurs selfies. Mais les smartphones de Meitu étaient beaucoup plus chers que les autres marques de téléphones nationales, qui ont rapidement commencé à proposer de meilleurs appareils photo et des filtres photo intégrés. Après des années de ventes insatisfaisantes, Meitu a effectivement fermé sa gamme de smartphones en 2018.

Meitu a également eu la chance de devenir TikTok avant même que ce dernier ne soit né. En 2014, Meitu a lancé Meipai, une plateforme d’édition et de partage de vidéos ne dépassant pas 10 secondes. Meipai a été pionnier en proposant des filtres qui pouvaient pimenter les vidéos et, bien sûr, embellir le sujet. Elle a gagné 100 millions d’utilisateurs en seulement 9 mois et est devenue l’une des premières applications de vidéos courtes à la mode. Mais au fil du temps, les utilisateurs se sont progressivement tournés vers les retardataires Douyin (la version nationale de TikTok) et Kuaishou pour leurs meilleurs algorithmes et leurs plus grandes communautés. Le rapport annuel 2019 de Meitu indiquait qu’elle ne comptait que 9 millions d’utilisateurs actifs sur Meipai cette année-là. La gamme de produits n’a même pas été mentionnée dans le rapport annuel 2020 de l’entreprise.

En conclusion

Dans l’empire du milieu, la quête de la beauté est devenue plus exigeante avec le changement de support disponible. En plus d’utiliser Meitu pour retoucher leurs photos, les internautes sont également censés filtrer leurs vidéos et leurs livestreams afin de maintenir une image cohérente. Mais, il existe une multitude d’applications et de nouvelles technologies qui sont déjà bien présentes et bien plus populaires que Meitu.

lire aussi

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *